Bilan de compétences

Instauré par la loi du 31/12/1991, le bilan de compétences a été mis en place par les CIBC (centres institutionnels du bilan de compétences). Il permet à chacun de construire un projet de changement professionnel pertinent. Prenez contact dès aujourd’hui pour vous informer !

A un moment donné de son parcours, toute personne en activité professionnelle peut éprouver le besoin de changer d’orientation, d’évoluer… ou être dans la nécessité de se réorienter. À découvrir ci-dessous, le panorama des différents types de bilans de compétences, en fonction du statut du demandeur.

Le bilan de compétences à l'initiative du salarié (BCS)

Crainte sur la pérennité de son emploi, usure professionnelle, problèmes de santé, qualification professionnelle dépassée… autant d’éléments qui génèrent une insatisfaction au travail. Demandé par le salarié, le BCS va lui permettre de clarifier son besoin de changement :

  • changer de métier ou de contexte professionnel ?
  • préparer une formation ou une VAE (validation des acquis de l’expérience) ?
  • développer son niveau de qualification
  • trouver des axes de reconversion ou de reclassement professionnel
  • valider des pistes de (ré)orientation professionnelle

Durée : 8 à 12 semaines

Objectif : Découvrir des scénarios de mobilité interne ou externe à l’entreprise

Modalités : Le bilan de compétences peut se dérouler hors temps de travail ou sur le temps de travail (avec autorisation préalable de l’employeur). Il est pris en charge dans le cadre d’un congé individuel de formation ou du CPF (Compte Personnel de Formation)

Le bilan de compétences proposé par l'entreprise (BCE)

Mis en œuvre à l’initiative de l’employeur mais en accord avec le salarié, le BCE se déroule en accompagnement individuel selon plusieurs phases : l’analyse des attentes de l’entreprise et du salarié, l’évaluation du parcours professionnel et extraprofessionnel, l’exploration des hypothèses de réorientation et le choix de stratégies réalistes. Il permet au salarié de gérer son parcours professionnel, et à l’entreprise de :

  • préparer les mobilités professionnelles
  • contribuer à l’optimisation du plan de formation
  • trouver des solutions de reclassement professionnel en cas d’inaptitude
  • valoriser les compétences des séniors

Avec l’accord préalable du salarié, les conclusions du bilan seront transmises à l’entreprise selon des modalités à définir (organisation d’un entretien tripartite).

Durée : 8 à 12 semaines

Objectif : Dégager les spécificités liées au salarié, à l’environnement professionnel et au contexte de l’entreprise

Modalités : déroulement sur temps de travail financé sur le plan de formation ou le CPF (Compte Personnel de Formation)